L’été arrive, outillons-nous pour le futur

L’été NoTav a commencé dans une atmosphère qui permet de regarder vers le futur. Le camping né à moitié juin avec les collégiens et lycéens est désormais entré dans le vif et la vallée est de nouveaux en marche sur la route de l’Avanà et sur les sentiers de la Clarea en remettant ainsi Chiomonte au cœur de la mobilisation.

On ne peut le nier, une année est passée. Année au cours de laquelle nous avons dû affronter l’offensive de la lobby du Tav qui a conquis des m², érigé des murs et nous a soustrait la baita et des bouts de territoire. Ce non-chantier est en train de prendre les horribles formes d’un chantier et la militarisation de la zone est exacerbée. Tout cela est vrai et il est juste d’être réaliste, mais il est tout aussi juste de regarder de l’avant en sachant que nous n’avons pas lâché une minute ou un mètre sans lutter.

C’est ce que l’on voit et sent concrètement, pas simplement car « nous sommes toujours là » comme il serait facile d’affirmer, mais parce qu’en cette année tant d’événements sont advenus que d’autres auraient subis de sonores défaites tandis qu’ici, dans la Vallée qui Résiste, chaque bataille continue à être un jour d’apprentissage utile pour le successif. Au cours de toutes ces années nous en avons appris des choses, la principale c’est que malgré les proclamations il ne faut rien donner pour sur et certain. Le chantier par exemple nonobstant son apparente défense vigoureuse et imposante s’est déjà révélé de nombreuses fois vulnérable. Le grillage et les barbelés ont été coupés à plusieurs reprises et il ne passe pas un jour sans que l’appareil militaire ne soit mis en alerte.

Il y a peu à ajouter, c’est ici, autour du chantier que notre bataille doit matériellement prendre forme. Et partout nous voulons l’étendre car le mouvement NoTav a enseigné à tous son obstination afin de porter de l’avant sa lutte à 360 degrés, sur le terrain physique lorsque nécessaire mais aussi dans tous les autres espaces disponibles à l’intérieur de la société.

Les dernières nouvelles provenant de la France laisse transparaître un projet du Lyon-Turin vacillant. Elles sont le résultat, par exemple, d’année de bataille et de construction du consentement qui a rencontré, bien que de façon très modérée, une approbation. Tandis que la politique italienne fait de tout pour réaliser l’œuvre. Ainsi naissent des cas uniques d’alliances politiques créées dans le seul objectif de nous battre : à Avigliana, PD (centre gauche) et PDL (centre droite) se sont unis derrière le même candidat pour les élections municipales dans le seul objectif de nous battre, mais c’est la liste NoTav qui a remporté la majorité. Même à Rivalta, qui n’est pas une forteresse NoTav pour sûr, le Parti du Ciment a été battu, et bien que nous ne gagnerons pas cette bataille sur le terrain institutionnel, c’est aussi par ces éléments que l’on décèle un adversaire moins fort que ce qu’il n’y paraît.

46 d’entre nous ont été arrêtés, ils ont ouvert les procès en temps record, Nina e Marianna après avoir été arrêtées ont été jugées, Nina acquittée et Marianna condamnée sans preuve à 8 mois de conditionnelle. Ils ont porté plainte contre des centaines d’entre nous, même contre nos avocats. Et pourtant nous n’avons pas reculé d’un mètre, pas même face à un totem de la justice tel que Caselli, qui se joue sa réputation sans pudeur.

Tous les pouvoirs forts ont perdu face à nous. C’est désormais au tour du parquet de faire sa part de travail, mais ils sont en difficulté car si leur objectif était de nous faire peur ils ont lamentablement échoué. Après les arrestations de fin janvier, 70 000 personnes ont manifesté en vallée, après la chute de Luca nos drapeaux ont été déployé partout.

Un an est passé, c’est vrai, et beaucoup d’autres devront encore passer mais nous devons continuer notre chemin du juste pas et avec un objectif clair.

Il nous faut résister et nous savons très bien le faire. Notre lutte passe par des initiatives tels que ce camping ou les marches en Clarea. Il faut continuer à leur faire paser des sales moments et ne laisser s’échapper aucune occasion pour mettre en crise cet horrible mécanisme animé par la corruption et l’arrogance.

Le chemin est long, outillons-nous pour le futur.

Comité de lutte populaire de Bussoleno

14 juillet 2012

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s