NoTav Terzo Valico, 30 juillet 2014 : on résiste aux coups de matraque et aux lacrymogènes.

Le 30 juillet 2014,

Une magnifique journée de résistance dans la plus pure tradition du mouvement NoTav – Terzo Valico. Toute la journée, des centaines de personnes se sont retrouvés dans les rues d’Arquata, Serravalle et Pozzolo, afin d’empêcher, une fois de plus, l’exécution des expropriations en prélude à la réalisation de la Ligne Grande Vitesse du Terzo Valico. Dès 8h30, on a eu confirmation de ce que l’on suspectait, à savoir que cette journée ne serait pas comme les autres. Policiers et carabinieri avaient d’ors et déjà fermé la départementale entre Serravalle et Arquata, et des blindés sortent une centaine de policiers en mode anti-émeute. Mais les NoTav – Terzo Valico ne se sont pas laissés surprendre : ils ont réalisé une chaîne humaine pour protéger le terrain que le COCIV (Ndt : consortium chargé par l’Etat italien de réaliser le projet de ligne) voulait exproprier. Policiers et carabinieri ont bien essayé de repousser à l’aide de leurs boucliers les citoyens pacifistes, qui ont cependant résisté à la pression exercée par les forces de l’ordre.

C’est à ce moment que débute la farce. Le petit exécutant chargé des expropriations commence à photographier les terrains expropriables pour réaliser les derniers actes officiels permettant le début des travaux. Mais ce mode opératoire, déjà utilisé en juillet 2012 pour des expropriations similaires, ne serait pas reconnu valide aujourd’hui, à distance de 2 ans. Puis les forces de l’ordre se sont retirées et les NoTav – Terzo Valico se sont rendus dans les terrains de la rue Moriassi entre Serravalle et Arquata où il était prévu d’autres expropriations. 20 minutes plus tard, la vague de casques bleus trouvait sur ce même chemin des barricades, que les policiers ont du déplacer. A ce moment, les uns et les autres se retrouvaient de nouveau face à face, et les premiers affrontements commencèrent, avec charge de la police, coups de matraque et tirs de lacrimogène au gaz C.S. – interdit par les conventions internationales de guerre mais utilisé par la police italienne pour le « maintien de l’ordre public ». Après la première charge, les NoTav – Terzo Valico se sont regroupés tout en continuant à empêcher l’accès au terrain à exproprier. Tirs de lacrymogène et charges se sont poursuivis pour disperser les militants mais la police et le COCIV n’ont pas réussi à atteindre leur but. Mêmes photos prises à distance et ils ont déguerpi. Un scenario identique s’est déroulé à Moriassi, à l’entrée de la route pour Radimero, et à Crenna. La police a, là aussi, chargé, et s’en est pris à coups de matraque aux NoTav – Terzo Valico.

La seule expropriation qu’ils ont réussi à réaliser, selon les procédures légales, a été celle prévue à Pozzolo. Les forces de l’ordre y ont bloqué la route départementale, empêchant les militants de parvenir aux terrains expropriables.

Beaucoup de militants ont par ailleurs pris des coups dans les bois de Moriassi : quelqu’un a été blessé à la tête par un coup de matraque, et beaucoup s’en sortent avec des contusions (cf. Photos et videos disponibles ci-dessous et sur ce lien). Ce sont les ambulances du 118 qui les ont secourus. A l’exception de Tino, militant du comité de Pozzolo de longue date, qui a du aller aux urgences, après qu’un policier ait essayé, sans y parvenir, de lui casser le bras. Une scène qui illustre une police totalement « hors contrôle » à laquelle le mouvement NoTav – Terzo Valico s’est malheureusement habitué, depuis la marche populaire du 5 avril 2014 à Arquata.

Ce même jour eut lieu l’assemblée du mouvement à Crenna, et a été décidé pour le lendemain matin une conférence de presse au local NoTav de Novi. Retraite aux flambeaux dimanche 3 aout à Arquata pour nous exprimer sur les violences subies et pour montrer la détermination contre la réalisation de la ligne. Le rendez-vous est à 20h30 sur la place Santo Bertelli et nous nous promènerons pacifiquement dans les rues du village.

Au même moment, des NoTav de la Val Susa ont fermé les grilles du chantier de Chiomonte ; des Anonymous annonçaient avoir planté le site internet du COCIV sur le Terzo Valico.

La journée s’est donc conclue avec la conscience d’avoir écrit une nouvelle page de résistance à la construction du Terzo Valico et avec la satisfaction d’avoir à nouveau empêché la réalisation de presque toutes les expropriations prévues. Le mouvement continue la lutte populaire contre la construction du Terzo Valico, et comme cette journée de résistance le montre, il le fait chaque jour avec plus de détermination et de conviction.

Rendez-vous dimanche soir à Arquata.

 

Traduit de l’Italien depuis notavterzovalico.info.

btx0lqliiaappa8-jpglarge btx7yntiaaaytnu btxh8bpiqaa0401 btxquz9iyaa_lxo btxrhd7imaax0yv btxrlryiuaaydwt btxz3yhiyaacaoq-jpglarge foto foto-1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s